Want create site? With Free visual composer you can do it easy.
  • Club à Pornichet

    En savoir plus
  • Karate-do Shito Ryu

    Karate do Shito Ryu

    Avenue de Prieux, Salle 3

Karaté-Do Shito-Ryu « à Pornichet »

Le Karaté-Do Shito-Ryu Pornichet a été créé il y a plus de 21 ans, le 17 février 1995, sous l’impulsion de Dominique Bichon, 7ème Dan Shito-Ryu, et de son élève Pascal Martin, 2ème Dan FFKDA, l’actuel professeur.

Que vous soyez débutant ou gradé, vous êtes assuré de pratiquer un karaté traditionnel très efficace en self-défense et de développer vos qualités physiques et mentales dans une ambiance sportive et conviviale.

Des entraîneurs à votre écoute

N’hésitez pas à nous poser vos questions lors de votre visite au club tous les jeudi à 19h !

Les origines du Shito-Ryu karaté-do

Kenwa Mabuni, né à Shuri (Okinawa) en 1889, est le fondateur du « Shito-Ryu karaté-do ». Il est un descendant d’une célèbre famille de samouraïs.

Enfant, Kenwa Mabuni est de constitution fragile et cherche le moyen de devenir plus fort.
Vers l’âge de 10 ans, un domestique de la maison l’initie à l’art du combat et lui apprend entre autre le kata « Naifanchin », divisé plus tard en trois katas distincts par Anko Itosu. A cette époque, le célèbre maître Anko Itosu habite le Shuri.

Vers l’âge de 13 ans, Kenwa Mabuni, présenté par un ami, peut devenir le disciple de maître Itosu.Il s’entraîne avec circonspection pendant de nombreuses années sans jamais manquer un seul jour, même par jour de typhon. Il apprend beaucoup de katas du grand maître, dont les katas « Pinan » que celui-ci avait probablement élaboré à partir des katas « Kosokun ».

Vers l’âge de 20 ans, un de ses proches amis, Chojun Miyagi (futur fondateur du « Goju-Ryu ») présente Kenwa Mabuni à une autre grand maître de l’époque, Kanryo Higaonna. Il commence ainsi à apprendre l’art du « Naha-Te » sous son instruction.

Bien qu’Itosu et Higaonna enseignent tous deux un style « dur-souple » du « Okinawa-Te », leurs méthodes sont assez différentes.

Histoire

L’enseignement d’Itosu inclut des techniques directes et puissantes comme celles démontrées dans les katas « Naifanchin » et « Bassai ».

Celui de Higaonna, quant à lui, s’articule particulièrement autour du déplacement circulaire et de méthodes de combat plus rapprochées ainsi qu’on peut les découvrir dans les katas « Seipa » et « Kururunfa ».

Par la suite, ses études au lycée terminées et son service militaire effectué, Kenwa Mabuni entre dans la police pendant une dizaine d’années. Il enseigne alors, sous l’encouragement de son maître Anko Itosu, aux autorités locales et aux diverses écoles de Shuri et Naha.

En tant que policier, Kenwa Mabuni a la possibilité de se déplacer dans l’ile d’Okinawa et cela lui permet de compléter et enrichir son apprentissage auprès d’autres grands maîtres. Bien qu’il reste toujours fidèle à ses deux grands maîtres, il apprend, outre le judo, le bo-jutsu (l’art du bâton) de maître Aragaki et le saï-jutsu (l’art du saï) de maître Tawada. Il rencontre aussi Wu Xian Hui (ou Woo Yin-gue), un maître de Chine connu sous le nom de Go Kenki qui avait émigré à Okinawa en 1912.

En 1915, Mabuni entreprend un voyage en Chine avec Miyagi et Go Kenki qui leur sert d’interprète.
Cette même année, ces deux maitres Anko Itosu et Kanryo Higaonna  meurent.
Kenwa Mabuni n’a que 26 ans. Malgré son jeune âge, avec Miyagiet d’autres maîtres, dont Choyu Motobu, Chomo Hanashiro et Juhasu Kiyoda, il crée et organise un groupe de recherche.

Dans un premier temps, ce groupe ne dispose pas d’un dojo et leur collaboration reste superficielle. Ce n’est seulement qu’en 1924 que Kenwa Mabuni construit un dojo permanent dans son jardin. Il le dirige avec maître Miyagi, mais des experts d’horizons différents s’y entraînent et y enseignent. C’est aussi à cette période que Kenwa Mabuni apprend certaines techniques de kung-fu de la « Grue blanche » de Fujian du légendaire Woo Yin-gue, un marchand de thé chinois qui vit alors à Okinawa.

De fait, dès les années 1920, Kenwa Mabuni est légendairement connu et reconnu pour sa connaissance encyclopédique des katas d’Okinawa, de leur origine et de leurs applications (bunkaï).
Il est alors un professeur extrêmement recherché auprès de ses contemporains au Japon, bien évidemment à Okinawa mais aussi semble-t-il en Chine.

En 1926, maître Jigoro Kano, fondateur du judo et l’une des plus grandes figures du budo japonais de l’époque, est en visite à Okinawa. A sa demande, Kenwa Mabuni présente et explique l’art du « Naha-Te » et Chojun Miyagi l’art du « Shuri-Te ». Suite à leurs démonstrations, Jigoro Kano les encourage à développer leur art au Japon.

En 1928 seulement, Mabuni se rend seul à Tokyo. Accompagné de maître Gichin Funakoshi, fondateur du « Shotokan-Ryu », qui avait déjà émigré vers Tokyo dans les années 1920 pour promouvoir son art à Honshu, il rencontre à nouveau Jigoro Kano.

En 1929, Kenwa Mabuni part définitivement avec sa famille habiter à Osaka. Il a quarante ans et ouvre d’abord le « Yoshukan dojo », puis plusieurs autres, pour y enseigner et diffuser le karaté-do. Il enseigne aussi à l’Université Kansai.

En 1939, Kenwa Mabuni inscrit alors au « Butokukai » (institution chargée de « chapeauter » l’ensemble desécoles japonaises d’arts martiaux) son école sous le nom de « Shito-Ryu », et se présente à l’examen de Maître en Budo. A la même session, Gichin Funakoshi obtient aussi le titre.

Il choisit d’appeler son style le « Shito-Ryu » en l’honneur de ses deux principaux maîtres : Anko Itosu et Kanryo Higaonna ; « Shi » provient de « Ito » de Itosu et « To » provient de « Higa » de Higaonna, en effet, il existe deux manières de prononcer un idéogramme.

Kenwa Mabuni meurt le 23 mai 1952 à l’âge de 63 ans et cède le flambeau à ses fils, Kenei et Kenzo qui décède le 26 juin 2005. Kenei, le fils ainé, lui succède alors à la direction du style « Shito-Ryu » et en devient donc le « Soke » jusqu’à son décès le 19 décembre 2015.

Aujourd’hui, l’école « Shito-Ryu » est celle qui compte le nombre de kata le plus élevé sur les 5 principales écoles de karaté: Wado-Ryu, Shorin-Ryu, Shotokan-Ryu, Gojo-Ryu, Shito-Ryu.

On peut en compter plus de soixante.
La majeure partie des pratiquants du « Shito-Ryu » se situe dans la région d’Osaka et le « Shito-Ryu » conserve les influences d’Itosu et de Higaonna.

Retrouvez-nous tous les jeudis à 19h

Venez découvrir cette différence dans le Karaté-Do Shito-Ryu
centré sur des techniques de self défense.

Les Grades

Le professeur délivre des grades authentifiés et reconnus par l’Etat français.

Il agit par délégation de pouvoirs de la Fédération Française de Karaté et Disciplines Associées, elle-même délégataire du Ministère des Sports jusqu’au grade de 1er Kyu (ceinture marron).

Les passages de grades Dan (ceintures noires) sont du ressort du comité départemental de karaté pour le 1er Dan et le 2ème Dan, et de la ligue de Karaté des Pays de Loire du 3ème au 4ème Dan.

Les grades supérieurs sont délivrés par la Commission Spécialisée des Dans et Grades et Equivalents (CSDGE) de la FFKDA.

Maîtrise

Technique

Défense

Humilité

Courage

Conviale

Nos partenaires

Nos Tarifs & Conditions d’inscription

Pour adultes et jeunes à partir de 14 ans
Inscription + licence : 85 € la saison sportive
Écusson école : 6 €


L’âge minimal requis pour s’inscrire est 14 ans et sans limite maximale.
Les cours sont ouverts aussi bien à un public masculin qu’à un public féminin.
En savoir plus

Des Renseignements, Un Rendez-Vous ?

Club de Karaté-Do
Entraîneur : 06.30.95.39.46
Assistant : 06.60.57.08.42

Complexe Guy Aubry (salle 3)
Avenue de Prieux
44380 PORNICHET

En voiture : parking gratuit
Tous les jeudis soirs de 19h00 à 20h45
(sauf pendant les vacances scolaires de Noël et les jours fériés)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.